{Chronique} Phobos 3 de Victor Dixen

Titre : Phobos 3
Auteur : Victor Dixen
Edition : Collection R
Pages : 620

Résumé

FIN DU PROGRAMME GENESIS DANS
1 MOIS…
1 JOUR…
1 HEURE…
ILS SONT PRÊTS A MENTIR POUR SAUVER LEUR PEAU

Ils sont les douze naufragés de Mars.
Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge.
Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.

ELLE EST PRÊTE A MOURIR POUR SAUVER LE MONDE

Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?

MÊME SI LE COMPTE À REBOURS EXPIRE, IL EST TROP TARD POUR RENONCER.

Avis

Une histoire qui aurait pu être encore mieux sans les longueurs.

« Vous m’avez demandé ce que Léonor représente pour moi ? Eh bien justement, c’est ça qu’elle représente. L’inconnu. L’imprévisible. Le petit feu follet roux qui suit son propre chemin, même dans le spectacle le mieux rodé. […] Léonor, c’est la flamme de la liberté ! »

Je trouve que l’histoire est bien trouvée mais il y avait beaucoup trop de longueur pour moi. J’ai décroché rapidement ne faisant attention qu’à deux personnages (Safia et Samson). J’ai eu cette impression que le roman s’essoufflait. Je m’explique, il y a des actions qui ne sont pas mise en valeur ou il n’y a pas d’explication. Cela m’a juste montré qu’il fallait mettre un truc sans expliquer… comme la partie du clonage? Je vous avoue que celle-ci aurait été importante à développer. On en parle aussi du jugement/tribunal qui traine en long et en large alors que ce n’est pas le plus important dans ce livre. En bref, je ne sais pas quoi en penser, je vous avoue qu’en plus du spoil de a fin de ce tome, cela m’a gâché la grande partie de surprise face à ce roman…
Je pense néanmoins qu’il reste un bon roman, pas la meilleure lecture de l’année.

« Le Yin est noir, le Yang est blanc, explique-t-il en détaillant le croquis. Le Yin et le yang sont aussi différents que la nuit et le jour, le vide et plein, le froid et le chaud…le mal et le bien. Pourtant, regardez : il y a un point blanc dans la partie noire, et un point noir dans la partie blanche. Parce que rien n’est jamais tout noir, ni tout blanc. Parce que personne n’est jamais entièrement mauvais, ni entièrement bon. »

Un roman qui suit toujours notre équipe sur Mars mais qui leurs arrivera peut-être plus que ce qu’il n’ l’imagine.

« Mais au fond, ne sont-ils pas tous seuls ? – tous les spectateurs de la chaîne Genesis, ces milliards d’êtres humains magnétisés par leurs lucarnes, persuadés de communier avec le reste de la Terre, d’être en symbiose avec les pionniers de Mars ? »

Harmony, ce personnage est juste ouf ! on voit vraiment la force de son développement avec Andrew. Mais aussi les prises de risques et décision qu’elle prend. Un personnage vraiment sous estimer qui prend sur elle pour ce qui est juste. J’aurais voulu avoir beaucoup plus de Andrew aussi, je trouve qu’on perd ce personnage au fil des pages.

Safia et Samson, sont mes deux chouchou de ce roman. Malgré leurs différences, ils se soutiennent et je pense que c’est bien le seul couple sur cette planète à vraiment se soutenir. Le fait que dans Phobos origine, on apprend que Samson est gay ne fait que renforcé cet amour sur ce personnage et sur leurs histoires peu commune. Safia est en plus une battante et sa façon de protéger Samson m’a touché au plus haut point.

Alexei est un personnage que j’ai détesté de long en large. Et encore plus dans ce roman-là. Je l’ai trouvé à la limite de l’homophobie, malgré l’acte héroïque qu’il fait. Je n’ai pas pu le supporter. Je n’ai pas vraiment d’avis sur sa femme Kris. Je la trouvais tellement présente et douce qu’elle s’efface un peu face au caractère de Alexei.

Leonord, je l’ai trouvé d’un passif. C’est affligeant. Je pensais vraiment retrouver cette force de caractère et ce ne fut pas la cas. La moitié de ses décisions, j’ai dû lever les yeux au ciel tellement c’était insensé ?

Marcus perd toute crédibilité dans ce tome. C’est un peu comme Alexei, c’est un personnage que je n’appréciais plus. Je l’ai trouvé manipulateur et malgré les bonnes attentions et les révélations rien n’a pu changé sur ma façon de penser. Je suis vraiment déçue de ce personnage, moi qui l’ai tellement aimé dans Phobos 2.

Mozart a remonté en flèche, mais je vous avoue que le fait qu’il contrôle largement leonord m’a fait hérisser le poil. Je l’ai trouvé très passif aussi face à Alexei. J’ai trouvé qu’il manquait de confiance. Même si il reste attachant, je pense qu’il n’atteint pas mon amour que j’ai pour Safia et Samson.

Tao m’avait énormément touché dans Phobos Origine et donc le revoir dans ce tome m’a fait du bien. On le sent se libérer de ses cauchemars et surtout vivre pour lui dans ce roman. On sent qu’il fait ce qu’il devait faire depuis longtemps et surtout s’attacher à d’autres personnes que Fang Fang.

Fang fang, Kenji, Elizabeth, Kelly : je les ai trouvés effacé dans ce tome. On voit bien qu’on se focalise essentiellement sur des couples clés et qu’on abandonne un peu les autres personnages.

« Moi, je rêve d’un monde où la peine de mort n’est jamais une solution.
Je rêve d’un monde où l’on a toujours droit à une deuxième chance.
Je rêve d’un monde où le rachat est possible.
Oui : le monde dont je rêve offre toutes ces choses auxquelles je n’ai pas eu droit sur Terre… »

Malgré les longueurs, je pense que ce roman a du potentiel et j’attends de voir Phobos 4 pour en juger. J’espère en tout cas qu’il vous plaira un peu plus qu’à moi. Le spoil a en grande partie fait que ce roman est une « mauvaise note » car j’ai pu accentuer mon regard sur pleins d’autres détails. On verra ce que donne Phobos 4. En tout cas, je le recommande pour les amoureux d’espace.

« De toutes les voiles dont disposent les humains pour naviguer au gré de l’existence, celles du coeur sont les plus difficiles à orienter, et peut-être même est-ce impossible. »

3/5

« Nous ne mourrons peut-être pas ici, mais nous allons revenir dans un monde où notre véritable ennemie régnera au tout premier plan ; un monde où l’individu sera manipulé, assujetti en ayant l’illusion d’être libre, trop étourdi par les images et les écrans pour seulement penser. »

16 commentaires sur “{Chronique} Phobos 3 de Victor Dixen

  1. Ouah, je suis ENTIEREMENT d’accord avec toi. Pourtant, je n’ai pas été spoilée et la révélation finale a été comme une claque… sauf qu’elle ne tient pas vraiment la route. Je trouve que l’auteur en a trop fait e que l’intrigue en a pâtit :s
    Et, comme tu l’as souligné, il y a énormément de longueurs dans cet opus. On peut facilement enlever une bonne centaine de pages, voire plus, car elles étaient inutiles :s

    Aimé par 2 personnes

  2. Je suis d’accord avec toi. J’ai trouvé ce tome moins bon, tout en longueurs ! Je voulais tellement que Léo se rebelle vraiment car dans les tomes précédents elle est décrite comme une jeune fille pleine de caractère et là elle subit. Je ne supporte pas Alexeï et je ne comprends que Kris se range toujours de son côté. C’est vrai que certains personnages sont effacés, c’est dommage. J’espère que la suite sera à la hauteur des premiers tomes !
    A bientôt !

    Aimé par 2 personnes

  3. Tout à fait d’accord. Cette saga était très prometteuse. J’ai lu malgré moi jusqu’au tome 4 car c’était de déception en déception. Je suis assez amoureuse de l’espace justement, et le pitch de départ était génial mais je n’ai pas aimé ce qu’en a fait Victor Dixen. Trop de longueurs, trop de whatthefuck et trop de cliffhanger pour pousser le lecteur à continuer de lire…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s