{Chronique} Les Vigilantes de Fabien Clavel

Titre : Les Vigilantes
Auteur : Fabien Clavel
Edition : Rageot
Pages : 343

Résumé

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir. Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

Avis

Un roman duquel j’attendais beaucoup et qui a finit par être une petite déception.

Cette chronique contiendra des spoilers.

C’est la première fois que je lis un roman de cet auteur, l’écriture reste simple, et sûrement très accessible pour un public jeune. Il passe d’un événement à un autre très rapidement dans son histoire. Cela peut plaire et tenir le lecteur en haleine ou, comme ce fût le cas pour moi, ne pas plaire car j’ai rapidement décroché par la suite des événements. J’aurais voulu un peu plus de longueur dans certaines scènes d’action.

La trame/L’histoire, pour ce qui est de cela, je trouve que l’auteur a réussi à imaginer quelques choses que je n’aurais pas pu trouver moi-même. Il y a concrètement un camp ou des orphelins sont entraînés un par un, pour protéger le pays. On a donc à faire en grande partie à des problèmes politiques, des complots. Le parti a une importance capitale dans ce roman. Même si je trouve cela un peu bancal avec la rapidité que j’ai expliquée au-dessus.

Les personnages ont tous un petit truc qui fait que cela donne un sens à l’histoire.
Le personnage principal Anna, a une force de caractère et quand elle comprend la manipulation politique, on voit son caractère changer et s’affirmer contre le parti lui-même. Au fur et à mesure des pages, on remarque son évolution et j’ai adoré la voir grandir.

Les autres personnages et les relations entre eux ont aussi une importance. On voit le personnage principal se lier d’amitié avec de nouvelles personnes, voir les gens qu’elle connaissait changer. En bref, je ne détaillerais qu’une relation qui m’a particulièrement gêné pendant ma lecture.  je préviens que cela n’engage que mon avis et c’est ce qui m’a rendu mal à l’aise pendant la dernière partie du roman.

La relation malsaine entre Vilmosh et Irisz, une relation ou quelqu’un se sert d’une jeune fille pour atteindre son but et d’une jeune fille follement amoureuse. Elle devient aveugle de ce qu’il se passe autour d’elle et est juste captivée par Vilmosh.

Je cite ici le personnage qui parle de Irisz : « Au début, il ne s’agissait que de la récompenser de son sauvetage. Mais nous avons bientôt mesuré tout le bénéfice que nous pourrions en tirer de sa proximité avec toi. C’est moi qui étais chargé de la liaison entre vous. […..] Je dirais plutôt qu’il s’agissait d’un arrangement à l’amiable avec bénéfices mutuels. » (p 272)

Il y aussi malheureusement la relation entre Vilmosh et Anna, je pense que pour moi, c’est la pire. J’ai eu l’impression de voir toutes les choses que je ne supportais pas dans un roman.

La femme devenu un objet du point de vue de Vilmosh car il n’a aucun scrupule à l’utiliser pour venir à ses fins. Puis je pense le pire, les agressions sexuelles successives de Vilmosh sur Anna. Je vous mets la définissions d’une agression sexuelle avant :

« Les agressions sexuelles autres que le viol sont des délits. Elles sont définies comme « un acte à caractère sexuel sans pénétration omis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise ». »

Je vais vous faire comprendre rapidement pourquoi je l’écris, et pourquoi j’ai eu ce ressenti jusqu’à la fin du roman car ce genre de passage n’était selon moi pas nécessaire.

Je rappelle que dans l’extrait que je vais mettre, elle est menottée contre son gré (bah oui sinon ce n’est pas drôle, pas dans un remake de 50SOG) : « De nouveau, il s’avance, la touchant presque. Elle sent son souffle sur son visage. Que veut-il à la fin ? [….] Soudain, il écrase ses lèvres sur les siennes, chaudes, brûlantes. Elle ne réagit pas immédiatement à ce baiser qui la dégoûte et la trouble tout ensemble. Elle n’a jamais embrassé personne auparavant. Voilà ce qu’elle pense tandis que la langue du garçon s’insinue entre ses dents. » (p274)

Est-ce qu’honnêtement ce passage était nécessaire… ? ce n’est que le premier mais ça se répète encore 3 fois ce genre de moment (qui sont sous la menace car elle a peur de mourir avec ce psychopathe, la contrainte…) qui ont fait que j‘ai été mal à l’aise par les comportements de ce personnage. J’ai été mal à l’aise car ce genre de chose arrive tous les jours dans la rue et m’est aussi arrivé, et je me vois mal dire du bien de ce genre de comportement.

On va avoir l’impression que je monte sur mes grands chevaux mais je ne trouve pas ça normal que dans un roman jeunesse, on véhicule ce genre de chose.
En bref, je ne recommande pas cette histoire. Je suis plutôt déçue car je l’attendais avec impatience. Je me suis retrouvée en colère et surtout très mal à l’aise par ce qu’une personne fasse subir cela à une femme.

1,5/5

Publicités

Une réflexion au sujet de « {Chronique} Les Vigilantes de Fabien Clavel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s