{Chronique} La Loi du Coeur de Amy Harmon

Titre : La Loi du Coeur
Auteur : Amy Harmon
Edition : Collection R
Pages : 432

Résumé

Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse.
Les gens adorent les bébés, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie.
Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue…

 Avis

Une histoire poignante et pleines de vérité. Cette histoire m’a prise le coeur, transporté, me l’a brisé pour le recoller en morceaux.

« Tout le monde dit toujours qu’il ne fait pas attention à la couleur. Et je comprends. Non, vraiment. Mais peut-être qu’au lieu de ne pas faire attention à la couleur, on devrait plutôt célébrer la couleur dans toutes ses nuances. Ca me gonfle quand même un peu qu’on soit toujours censés oublier nos différences comme si on ne les voyait pas. Pourquoi voir nos différences, ça devrait forcément être négatif ? »

On fait vraiment face à des thèmes importants dans ce roman tel que l’amour, la mort, la violence, une certaine forme de racisme (car il y a énormément de référence avec la couleur de peau). Il y a un rapport très fort avec la mort dans ce bouquin qui me laissait un peu mitigé au début car je ne le comprenais pas. Mais plus le roman avance, plus les choses viennent naturellement et ce qui me semblait bizarre au début, est devenu presque naturel. Comme celui avec le Racisme, il y a toujours ses nuances sur les couleurs de peau, sur les différences de peau et donc sociale. Je pense que Amy Harmon a voulu nous montrer comment était vécu les deux points de vue vis à vis de ce ‘racisme’. Cela ne change pas que cette histoire m’a juste transporté, je n’arrivais juste pas à décrocher ni à sortir un seul mot de ma bouche. Quand j’ai refermé ce bouquin, je me suis sentie vide de ne plus être avec les personnages et vide, car l’histoire me manquait.
De plus, comment vous dire que je suis toujours autant amoureuse de la plume de Amy Harmon. Elle me prend à chaque fois le coeur que j’ai du mal à m’en remettre.

« Mon père dit que les chevaux nous renvoient l’énergie qu’on dégage. Si tu as peur, le cheval ne s’approchera pas. Si tu doutes de toi, le cheval en profitera. Si tu n’as pas confiance en toi, le cheval se méfiera. Les chevaux sont des détecteurs de vérité. Ce n’est pas de la sorcellerie. Ce n’est pas du vaudou. Pourquoi crois-tu qu’on laisse la bride sur le cou à un cheval quand on est perdu ? Parce qu’il te ramènera toujours chez toi. »

On suit alors une jeune fille et un garçon, qui sont pourtant totalement différent mais qui vont finir par avoir un destin lié en quelques sortes.. Une romance entre deux personnages ou cela leurs est interdit mais qu’est ce qu’un interdit dans le braver. On les suit face au différence, leurs amours naissants mais aussi les problèmes que cela engendre dans leurs entourages, dans leurs vies.

« Je ne peux pas te peindre, Georgie : tu es vivante. »

Moïse est un passionné, il est brut (pas dans le sens brut, une brute mais plus dans le sens sans chose surfaite), il est naturel. Il est comme il se qualifie lui même cingler, qui ne mérite rien que de rester seul. Il est passionné de peinture, et peint sur tout ce qui lui passe par la tête, même les idées les plus sombre. Il est cependant d’une douceur, je vous jure que je ne m’attendais pas à ça. Ce personnage est intriguant, mystérieux et passionnant à analyser.
Georgie est un peu naïve, elle vit dans un monde idyllique et souvent Moise l’a fait redescendre sur terre. Elle est follement amoureuse, têtue, déterminé à avoir ce qu’elle veut. Elle veut le bonheur, elle veut que son amour soit réciproque. Elle ferrait absolument tout pour Moise (et je ne pèse pas mes mots).

« La mer est blanche quand elle est déchaînée. Elle est rouge au coucher du soleil. Elle est bleue quand elle est calme. Elle est noire quand il fait nuit, et transparente quand la vague retombe. »

Ce roman m’a en tout cas, transporter, briser comme le fait si bien Amy harmon par les mots et par l’histoire touchante des deux personnages. J’ai toujours autant de mal à écrire quelques choses une fois que je sors de ses romans. En gros, si vous n’avez jamais lu de Amy Harmon foncé, elle sera vous convaincre, en tout cas, elle m’a convaincu.

« Mais la folie, c’est relatif. On peut être fou de chagrin sans être fou du tout. »

4,5/5

Publicités

13 commentaires sur “{Chronique} La Loi du Coeur de Amy Harmon

      1. Je comprend, j’ai acheté L’infini + un je pense que je vais le commencer cette aprem, il a l’air génial mais je n’avais pas lu le résumé de La Loi du coeur… Exprès pour pas craquer… Et voilà … Ah Bravo MDR
        Non je rigole, merci beaucoup pour tes chroniques !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s